Porto Santo --> La Graciosa avant | après
retour page escales
   
Macaronésie sans les Azores


Octobre 2009

L’ambiance sur les pontons de la marina de Porto Santo est vraiment de Grand Voyages. L’on y rencontre de nombreuses
nationalités européennes avec une majorité de français et quelques voiliers de Madère chassés de la Marina de  Funchal
pour laisser place aux 80 voiliers de la mini-transat et à leurs bateaux accompagnateurs.

Porto Santo

L’île est petite, pratiquement pas boisée et l’on y fait le tour en ½ journée en voiture ou en quad ce qui laisse encore
amplement de temps pour une randonnée jusqu’au pico branco à 450 mètres d’altitude.

Quad

Le début de la promenade est sans difficulté mais nous laisserons beacoup d'énergie pour parcourir les derniers mètres.
Notre condition n'est plus au mieux car en voilier, nous avons juste les 4 marches de la descente à franchir.

Porto Santo

Pico

Pico2

Le centre-ville de Vila Baleira est coquet, joliment pavé et l’on y trouve quelques restaurants, bars et magasins de souvenir.
Tout près de la marina il y a une belle plage de sable blanc et la température de l’eau est enfin propice à la baignade.

Resto

Après 9 jours de farniente, de baignades et d’apéros avec les navigateurs de passage, nous rejoignons
le mouillage de Baya de Abra tout à l’est de l’île de Madère ou des bateaux connus nous y attendent.

Baya do Abra

Baya do Abra

Nous quittons le mouillage après 2 nuits non seulement parce qu’il est un peu rouleur mais surtout parce qu’une
dépression est attendue avec vent de sud ce qui rend  le mouillage intenable. De plus, il nous faut prendre nos
quartiers à la marina Quinta do Lorde afin d’accueillir la maman de Thierry en visite pour deux semaines.

La marina Quinta do Lorde est bien remplie. C’est le point de déapart du rallye des îles du soleil. L’on y croise également
de nombreux voiliers se rendant à Las Palmas pour le départ de l’ARC (Atlantic Rallie for cruisers). Le défaut majeur de cette
marina est sa situation géographique, tout à l’est de Madère. Funchal, la capitale est à 90 minutes en bus.

Funchal

Maman

Dégustation de vin de Madère

Mini Transat

Les 6m50 de la mini-transat font escale à Funchal (La Rochelle-Salvador)

Nous consacrons deux semaines à la visite de l’île. La première en Bus et la deuxième en voiture de location ce
qui améliore grandement notre mobilité. Nous parcourrons l’île du Nord au Sud et d’Est en Ouest et visitons
la ville de Funchal, le jardin botanique et nous promenons le long des Lévadas, un système
d’irrigation couvrant plus de 2’000 km comparable aux bisses du  Valais

Oiseaux du paradis

Oiseaus du paradis

fleures

Tuyas

Levadas

Levada Janela

Levadas

Indigènes

Levadas

25 Fontes

La levada des 25 Fontes

Après avoir reconduit Marguerite à l’aéroport et rendu la voiture de location, nous faisons une lessive,
lavons le pont et nous préparons pour la traversée vers les Canaries via les îles Selvagem.

lessive

Le léger vent du nord devrait pouvoir nous permettre d’y mouiller et de descendre à terre pour
visiter l’île qui est également une réserve naturelle.

La traversée est tranquille mais au moteur car le vent est trop faible. Nous appliquons une méthode de pêche à la traine
discutée sur les pontons avec un leurre de confection maison, un gant de vaisselle rose découpé en petites lamelles.
Un peu avant la tombée de la nuit, nous ramenons notre première bonite qui, bien que petite sera amplement
suffisante pour notre repas du soir.

Bonite

Le lendemain vers 13 heures, nous arrivons devant le mouillage mais nous devons vite déchanter car la houle contourne
l’île et rentre dans la baie. Le sondeur montre toujours environs 13 mètres et nous sommes tout près des rochers.
Mouiller ici n'est vraiment pas raisonable. C’est un peu déçu que nous quittons la dernière île de l’archipel de Madère.

Nous rejoignons, la Caleta del Sebo sur l'Île de Graciosa 24 heures plus tard par une belle navigation au près bon plein.

Caleta del Sebo

Nous obtenons la dernière place dans la Marina en bout de ponton.

L’île de Graciosa offre un dépaysement total. Il y a 500 habitants,  quelques commerces, bars et
restaurant, aucune route goudronnée, de jolies maisons peintes en blanc d’un à deux étages,
de belles plages et plusieurs volcans.

La marina est sûr, bien protégée et très bon marché (moins de 10 Euros).

fondue

malgré la température élevée, cette fondue sera bien appréciée.

La Graciosa

Le chenal el Rio qui sépare l'ìle de la Graciosa de Lanzarote

Désert

La plage de La Cocina

La plage de "la Cocina" au sud.

Nous retrouvons pleins de bateaux copains et le premier jour, il nous est impossible de nous rendre dans le
village car nous sommes arrêté par chaque bateaux connus et échangeons nos expériences de traversée et
nos projets à venir et rencontrons ici la plus grande communauté helvétique en dehors de la Suisse. 
Nous y comptons pas moins de 7 voiliers répartis entre la Marina et le mouillage de la baya Francesa.

accueil

Comité d'accueil

couché de soleil

 

 

la suite : La Graciosa --> La Gomera avant | après
retour page étapes